Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

L'apiculture au verger

Publié par Vergers de l'Ilot (J Gorre)

L'apiculture au vergerL'apiculture au verger

L'insecte a un rôle cohérent et indispensable à la collectivité, qui évolue au fil du temps et de son évolution physiologique. C'est l'objectif commun, la survie qui va créer la cohésion, les extraordinaires relations entre les membres et pousser l'abeille à travailler sans relâche pour le groupe. Elle sera successivement nettoyeuse, nourrice, cirière, magasinière, gardienne, porteuse d'eau et butineuse. C'est dans ces deux derniers rôles que nous la voyons oeuvrer dès que la nature s'éveille, et que fleurissent les noisetiers et les saules Marsault. La reine recommence alors à pondre progressivement pour atteindre environ 2 000 oeufs par jour, au milieu du printemps. Le pollen, le nectar et l'eau sont alors indispensables pour nourrir toutes ces bouches affamées et élever les futures abeilles. C'est en accomplissant cette tâche, que l'abeille, insecte poilu, va transporter sur son corps du pollen et féconder les fleurs en rentrant en contact avec le pistil.

Fidélité de l'abeille

C'est ce rôle d'agent de pollinisation qui est indispensable à la nature. Les fleurs ont besoin d'être fécondées par le pollen d'une autre fleur de même espèce pour former un fruit. Comme le Petit Prince de St-Exupéry, c'est grâce à la fidélité à sa fleur, fidélité que l'abeille développe vis-à-vis d'une espèce qui l'intéresse ‡ un instant donné, que cette symbiose se produit.

L'apiculture au vergerL'apiculture au verger

Quand elle rentre à la ruche, pour partager avec le plus grand nombre l'amour de sa fleur, dans une frénésie frétillante, elle danse et frappe le rayon pour recruter de nouvelles adeptes; en rond, si la ressource est proche, en huit avec la partie rectiligne, qui donne l'indication de l'angle de la direction à prendre par rapport au soleil.

Au début du printemps, les ressources en pollen et en nectar s'accroissent, et la colonie devient très populeuse. Elle peut compter, en moyenne 60 000 individus, qui vont œuvrer dans un ensemble et une harmonie fabuleuse à la récolte et à la constitution des réserves. Chaque ouvrière va travailler jusqu'à l'Epuisement et la mort pour quelques gouttes du précieux nectar. "Un gramme de miel, c'est la vie d'une abeille et un kilo un tour du monde" ai-je l'habitude d'imager.

C'est aussi la période des essaimages, mode de multiplication des colonies, qui permet ‡ l'espèce de survivre depuis plus de 60 millions d'années. Les abeilles, après avoir créé une nouvelle reine, vont se diviser en deux groupes, l'un reste dans la ruche d'origine, et l'autre part pour aller trouver un nouveau lieu, tronc d'arbre creux ou grenier pour y développer une nouvelle colonie.

L'apiculture au verger
L'apiculture au verger

Gelée royale et propolis

Le nectar des fleurs sera transformé en miel par les abeilles et stocké dans les hausses, le grenier de la ruche.

De cru et/ou mono floral ou bien toutes fleurs, il sera récolté, operculé, signe de maturité au fil de la saison. Chacun l'appréciera pour ses qualités gustatives, mais aussi pour ses bienfaits.

Dans les autres produits de la ruche, on peut citer le pollen, la gelée royale produite par les glandes hypo pharyngiennes et mandibulaires de l'abeille pour nourrir les larves de moins de trois jours et la reine, et la propolis : mélange de cire et de sève des bourgeons, qui sert de ciment aux abeilles pour calibrer les entrées d'air ou l'entrée de la ruche.

Dès le solstice d'été, le couvain va se réduire, et il faudra penser au passage critique de l'été et à la préparation de l'hivernage pour lequel une réserve de miel d'au moins 12 kilos est nécessaire à la survie de la ruche en attendant les nouveaux chatons de noisetiers.

Et l'apiculteur? Me direz-vous. Ce berger des abeilles n'aura de cesse de veiller sur elles avec amour et passion. Pour préserver les abeilles, il faut protéger l'environnement qui les entoure, la

biodiversité à laquelle elles contribuent par symbiose, Eliminer les agressions auxquelles elles sont si souvent soumises (la pollution, les pesticides et produits phytosanitaires, l'exploitation excessive parfois aussi des "producteurs" de miel...) et qui conduisent ‡ leur disparition rapide et continue.

Aux vergers de l'Ilot, elles ont trouvé un havre de tranquillité, de bienveillance, aux yeux de tous, d'ouvrières, elles sont devenues des reines.