Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les petits riens ...

Publié le par Vergers de l'Ilot

…prendre mon café dans la cabane aux indiens … retrouver le doudou du gosse assis sur une branche … commencer par se reposer … quand j’ai léché le premier miel de printemps sur les doigts … de jouer à se cacher … entendre les gens qui parlent juste avant de m’endormir … me dire que les garçons ne font plus de bruit donc surement des bêtises, être content de s’être trompé … sentir l’œuf tiède dans ma paume en hiver … sortir du four à bois une tarte aux pommes brulante … un jour d’hiver j’étais toute seule ici et il neigeait … j’aime bien perdre mon temps aux Vergers, ça a du sens … quand je suis allé avec Pierre et la torche débusquer un couple de hérissons qui batifolaient au fond des vergers … les odeurs, moi c’est les odeurs, surtout après l’ondée, fragrances de lilas, pivoine .. moi je trouve que la lavande ça sent le canard wc (Régis) … une course d’escargots un jour de pluie, avec les numéros de dossards sur la coquille … ceux qui se baisseraient pas pour ramasser un plancton et ceux qui sont toujours pliés en deux … l’atelier teintures naturelles de Jean-Pierre et les tissus monochromes contemporain en train de sécher sur les fils, comme au musée … consulter le mode d’emploi des toilettes sèches qui vous passe l’envie d’aller y faire … les discussions techniques pour savoir s’il faut pousser ou lever … sortir du four à bois la tarte aux pommes brûlante … si la girouette-canard ne bouge pas quand le vent tourne c’est qu’elle est surement coincée … deviner la présence des lapereaux sans poils dans leur cocons … Garde à vous. En février, les piquets bien alignés, droits comme des I, ont mis leur casque d'hiver qui ressemblent à des meringues encapuchonnées ou à des bouchons de champagne prêts à sauter à la moindre alerte …savoir que l’amour en cage s’appelle en réalité physalis alkekengi et trouver ça ballot … regarder les brouettes debout dans l’allée comme au garde à vous sous la pluie … regarder les Vergers de l’extérieur et se dire qu’on y reviendra bientôt … creuser un trou pour mettre un arbre et trouver un os de quoi ? … voir Jacques qui sort des ruche en tenue de cosmonaute … ne pas savoir répondre aux questions des enfants et dire un peu n’importe quoi pour pas avoir l’air … attendre … tomber sur la première morille blonde(Morchella Esculenta) début avril, appeler quelques copains, se faire une omelette jardin … humer la confiture d’abricots bouillante sur le chaudron en cuivre de Jean-Pierre … mâcher de l’oseille … couper de la lavande et la mettre dans sa voiture pour sentir bon … tâter de la poire … tomber nez à nez sur une citation de Guillevic écrite sur une ardoise « Il n’y a pas d’ailleurs où guérir d’ici … marcher pieds nus dans l’herbe haute, c’est con, je sais … entendre Patrice déclamer sa poésie tonitruante au beau milieu des allées de pommiers et voir les regards ahuris de ceux qui le croisent… observer les enfants souffrants de troubles de la personnalité de l’EMP sarcler, semer et arroser leur carré avec le plus grand sérieux … se regarder à travers les feuilles … Lire Heidegger sous le cerisier et se dire que les abeilles en savent plus que lui sur l’être et l’étant ... retrouver le goût de faire la vaisselle à la main … apprendre aux enfants la technique de Rahan le fils de Crao pour attraper le gibier au Crétacé … garder la tête froide sous le soleil pour finir les sudoku … fierté d’avoir installé les têtes de granit lacérées au diamant (2 m de haut et 300 Kg) de Denis Monfleur … s’émouvoir d’un bambin haut comme trois poires qui attend sa gaufre au Nutella à la sortie du moule avec maître Pierre à la louche … crocus croquis coqin … regarder un petit costaud soulever une traverse et se dire qu’il va pas y arriver tout seul … proposer ses services quand c’est inutile ou trop tard … nettoyer les céramiques colorées du truculent et regretté Michel Lanos … observer P. qui met du bon beurre sur sa tartine en oubliant son mauvais cholestérol …avec les enfants et les 2 fillettes : 1.2.3 j’irai au jardin 4.5.6. faire des provisions 7.8.9. dans mon sac à dos 10.11.12 ce sera fameux … découvrir que la cane et le coureur indien nous ont fait 9 petits dans la nuit … le renard à séché trous poules cette nuit, c’est malheureux dit R. mais le renard est un prédateur et la poules n’ont pas de « pot » … assis dans le carré de fraises et regarder sur son I-Phone d’où vient l’expression sucrer les fraises pour répondre au petit … les tours blanches de la Redoute qui s’illuminent sous un ciel d’orage ardoise … fiché au milieu des lavandes, bras tendu, corps en avant, j’ai pris Jean-Louis pour un épouvantail … mains noires font manger pain blanc … enfant à Fontenay-sous-Bois (55/60) notre jeu avec les copains de l’école était de grimper sur les murs (à pêches) et de traverser des quartiers entiers … je pense à Maurice Chevalier ma pomme ma pomme oh ! oh ! … apprendre aux enfants le « jeu du bouton » pour leur faire oublier un instant la DS et la PS3 … écouter F. qui imite le bruit des rapaces nocturnes pour faire peur aux lapins … rire quand D. nous raconte qu’il a cherché la chasse d’eau dans les toilettes sèches pendant 10 mn … atelier enfant : rien ne se perd tout se transforme et se créé avec des feuilles et de la colle … tiens ? qu’est-ce que je vois là-bas : un croque-mitaine ? … s’étonner de la température qui atteint 120° dans le four solaire où cuisent depuis une heure les haricots blancs … se demander s’il faut mettre « lapin dangereux » ou « lapin méchant » devant la cage de celui qui mord … lire les instructions écrites à la craie sur le tableau de la cabane et corriger les fautes avec ostentation … je me souviens des chemins, des sentes, des champs et des vergers qui sinuaient derrière les ateliers, les jardins … les abeilles: qui s'y frotte, s'y pique ! Pique et pique et colégramme, c'est le miel sur les gâteaux... scier un tronc à la scie égoïne sur la chèvre … essayer d’appliquer sur le terrain ce qu’on a pensé en réunion sur le papier … s’engueuler partir revenir … le vol très feutré et crépusculaire des chauves-souris entre chien et loup … Le temps passe, la charrue reste, souvenir, souvenir, et pourtant que de mottes de terre n'as-tu pas soulevées … admirer Philippe finir un enduit à la chaux pigmentée sur les toilettes sèches … un nuage d’insectes qui fait comme une auréole sur les têtes dans un soir d’été … avoir perdu une lentille de contact dans les grandes herbes et la retrouver, merci Seigneur dit-elle ! … laisser du travail pour le lendemain ou pour les autres … faire mon tai-chi sans être dérangée … écouter R. expliquer aux nouveaux adhérents la philosophie des Vergers … Que font-elles les brouettes, au piquet, punies ? Ou la grève ? »« vous n'y pensez pas, elles attendent la relève!... » … passer devant les toilettes sèches et entendre quelqu’un dire « merde alors ! » à l’intérieur … passer du temps à ne rien faire … les nénuphars blancs dans le bassin sont tellement beaux qu’on dirait des faux … est-ce que le bébé hérisson va rester aux Vergers ou s’en aller ? … j’ai dormi à la belle étoile et j’ai pas eu peur … le meilleur moment c’est quand ils sont tous partis …

Voir les commentaires

Les dix ans des AMAP Ile de France au verger

Publié le par Vergers de l'Ilot

Les dix ans des AMAP Ile de France au verger

Nous avons accueilli au mois d'octobre,le réseau AMAP Ile de France qui soufflait ses dix bougies .Une journée qui fut chaleureuse et enrichissante malgré une météo de saison !

Des débats ,des rencontres, des expositions,un déjeuner buffet ou chacun mettait en commun son panier repas et un bal folk au dansoir en soirée !

Le soir, les vergers se sont occupés des repas des nombreux musiciens ravis de manger tout fait maison pour une fois (ah les gaufres de Pierrot)! Simple et très chaleureux !sans oublier tous les bénévoles du jardin présents pour nos hôtes venus de toute l'ile de France.

Un grand merci à tous !

Les articles sur l'évenement sur les sites ci dessous

Les dix ans des AMAP Ile de France au vergerLes dix ans des AMAP Ile de France au vergerLes dix ans des AMAP Ile de France au verger
Les dix ans des AMAP Ile de France au vergerLes dix ans des AMAP Ile de France au verger

Voir les commentaires

Journées du patrimoine - sept 2012

Publié le par Valérie Moati

K640_IMGP5247.JPG

 

 

Compte rendu portes ouvertes du patrimoine 2012 

   

Samedi 15 et dimanche 16 septembre 2012, le verger ouvrait ses portes à l'occasion des journées du patrimoine. Nous avons reçu le samedi matin la visite guidée des jeunes guides de banlieue. Pour une fois les 2 journées se sont déroulées dans une totale absence de pluie, sous le soleil, et dans une douceur estivale.

 

Le beau temps et l’ouverture pendant 2 jours expliquent l'affluence, le nombre d’adhésions (6 réadhésions et 21 adhésions), et la recette du week-end : environ 2000 €.

 

 

Ce bénéfice record, qui arrive à point et nous donnera un peu d'oxygène financier (!) et de souplesse dans la gestion du verger et de nos projets, a été assuré par la vente des produits du verger :

pots du miel de nos abeilles avec dégustation comparative et explications, ruchette pédagogique à l’appui, et concours de dessins d’abeilles, pots de confitures : mirabelles, très vite en rupture de stock, groseilles ramassées cet été, congelées et cuites en même temps que les quetsches récoltées en septembre, une mention spéciales pour les belles étiquettes de Fred et Gilles, lavande en bouquets ou fusettes enrubannées, cartes postales du verger, une nouveauté cette année, une série de 5 dessins de Gilles Rebechi, vendues au profit de l’association, et la restauration : galettes de blé noir garnies, brochettes poulet ou porc, ratatouille, vraie purée de vraies pommes de terre, crêpes (22 litres de pâte en 2 jours !) gaufres et gâteaux des adhérents, boissons... la vaisselle a été faite à l’eau chaude solaire et le four solaire nous a (trop !) cuit le riz.

Le dimanche à 15 h, les enfants ont appris, grâce à Stéphanie, à transformer de vulgaires bouteilles en plastique en de beaux papillons.

Puis, en fin d’après-midi, point fort désormais traditionnel des portes ouvertes de septembre, a eu lieu le pressage des pommes dans notre pressoir d’Emmaüs restauré, et la dégustation de notre jus de pommes (environ 16 litres), naturellement doux et sucré, comme le remarquaient les enfants étonnés, et brunissant à vue d’œil.

Nous remercions les nombreux adhérents qui sont venus comme chaque année aider à la réussite de ces 2 journées.

Le succès de ces portes ouvertes a aussi été obtenu grâce à l'implication de nos adhérents actifs, bénévolement, tout au long de l'année.

Qu'ils en soient remerciés ici car, dans la bonne humeur et la convivialité, le travail fourni est considérable :

entretien du verger, taille des arbres, élagage, tonte et débroussaillage, épandage des copeaux, nourrissement quotidien des lapins et des volailles, nettoyage des clapiers et du poulailler, de la cuisine et du frigo, des toilettes sèches, entretien des potagers, des composts, accueil des enfants, ateliers pédagogiques, gestion des ruches et récolte du miel, fabrication des tables et des bancs, travail administratif, cueillette des fruits, congélation, cuisson des confitures, dessin et collage des étiquettes …

Merci aux cuisiniers, serveurs, plongeurs, concepteurs et bâtisseurs de nos auto-constructions, aux membres du groupe de travail des 10 ans du verger, aux enthousiastes, aux poètes, aux porteurs assidus et opiniâtres de nos projets les plus utopiques, aux enfants dessinateurs d’abeilles, à tous ceux qui font vivre notre association.

Nous travaillons en ce moment sur notre projet d’exposition à l’occasion des 10 ans de l’association. Elle aura lieu du samedi 10 au samedi 17 novembre dans la véranda de la maison du citoyen.

 Nous avons reçu du Conseil Général du Val de Marne une subvention de 1000 € pour l’entretien et la mise en sécurité du poulailler et l’achat de volatiles.

La cane col-vert a eu 10 petits canetons (encore !). Elle est dans le petit confinement et ni elle ni sa famille ne doivent être dérangées.

Nous devons nous séparer de quelques mâles col-verts de la génération précédente, qui sont trop nombreux dans le poulailler et deviennent agressifs entre eux et avec les femelles. 2 d’entre eux sont partis dans une ferme en Dordogne, 1 a été lâché au lac du bois de Vincennes où il s’est rapidement fait 3 (!) copines et a aussitôt disparu avec elles à toutes palmes. 

A bientôt au verger !

Voir les commentaires

<< < 10 11 12 > >>